Quelques mots en chemin




«C'est au Seigneur qu'appartient le monde avec tout ce qu'il contient, la terre avec ceux qui l'habitent.» Psaume 24,1

Durant une année, j’ai étudié aux Etats-Unis, au sein de l’Union Theological Seminary de Richmond, Virginie. Je me souviens des nombreux étendards qui flottaient sur le campus, affichant tous ce message : « C’est au Seigneur qu’appartient le monde » (Psaume 24,1). Un message théologique, une proclamation qui doit nous rappeler lors de tous nos faits et gestes que Dieu est le créateur. La Terre et tout ce qu’elle contient appartiennent à Dieu. Dieu nous a confié la Terre avec tous ses trésors et toutes ses merveilles, afin que nous en prenions soin et la cultivions.

Ce message biblique revêt aussi une dimension politique. Nous, les humains, traitons la Terre comme notre possession. Nous l’exploitons, et souvent il n’en reste que des étendues saccagées. Le profit passe avant tout. Le psaume nous rappelle que la Terre ne nous appartient pas; nous ne faisons que la transmettre à nos descendants ! L’économie, au sens biblique, est durable, car ce n’est pas le profit qui est au centre, mais la préservation de la création.

Voici venu le temps du carême. La campagne œcuménique de «Pain pour le prochain», «Action de carême  et «Etre partenaires» a cette année pour slogan: «Justice climatique, maintenant!» La campagne veut nous pousser à réfléchir de quelle façon nous pouvons contribuer à un style de vie durable et écologique, et comment soutenir les populations du Sud, concernées au premier chef par le changement climatique.

Albert Schweitzer résume ainsi ce mode de vie inspiré par la Bible: «Je suis vie qui veut vivre, entouré de vie qui veut vivre.»

Je souhaite à tout le monde un temps de la Passion à la fois réfléchi et béni !


Ueli Burkhalter