Quelques mots en chemin

«Car nous travaillons ensemble à l’œuvre de Dieu, et vous êtes le champ de Dieu, la construction de Dieu. Selon la grâce que Dieu m’a donnée, comme un bon architecte, j’ai posé le fondement, un autre bâtit dessus. Mais que chacun prenne garde à la manière dont il bâtit. Quant au fondement, nul ne peut en poser un autre que celui qui est en place: Jésus Christ.» (1 Corinthiens 3,9?11)

Le virus a transformé le monde, également les Eglises. De nouvelles formes de cultes sont ainsi apparues, surtout des célébrations en ligne, les liturgies et prédications ont été raccourcies, la diaconie a énormément travaillé, en particulier à la constitution de réseaux d’entraide entre voisins. Notre aide électronique pour les paroisses a reçu de très bons échos tant au niveau national qu’œcuménique et continue d’être très appréciée.

L’assouplissement des mesures de protection intervenu entre temps nous a redonné une certaine liberté de mouvement et de nombreux événements ecclésiaux ont à nouveau pu être organisés moyennant le respect d’un plan de protection. Il semble toutefois que ces mesures de protection, surtout la distanciation, vont constituer notre quotidien encore longtemps.

Pour ma dernière contribution à ces «Quelques mots en chemins» juste avant mon départ à la retraite, j’aimerais remercier sincèrement toutes les collaboratrices, tous les collaborateurs, mes collègues au Conseil synodal, tous les membres du Synode ainsi que les personnes qui s’engagent au sein des paroisses pour leur formidable collaboration et les belles rencontres tout au long de ces vingt années. A toutes et à tous je souhaite tout de bon pour leur avenir et la bénédiction divine. Que la sentence paulinienne guide notre Eglise: Jésus-Christ demeure notre fondement, à l’avenir aussi.


Andreas Zeller