L'année ecclésiastique

 L’année ecclésiastique et l’année civile ne coïncident pas:

L’année ecclésiastique s’ouvre le premier dimanche de l’Avent, donc à fin novembre ou début décembre. L’année civile débute le 1er janvier. 
Elle se clôt par le dimanche du Royaume. Elle se termine le 31 décembre, à Silvestre. 

 • Les fêtes/les cycles de l’année ecclésiastique sont fondés
o Soit sur des événements relatés par la Bible,
o Soit dans des traditions séculaires.

• La date précise d’une fête n’est en règle générale
pas strictement fondée historiquement, mais basée sur une convention entre Eglises chrétiennes.

• L’année ecclésiastique comporte trois grands cycles appelés:
o Cycle de Noël
o Cycle de Pâques
o Cycle de la Trinité (Trinité = la fête du Dieu trois fois saint)
appelé aussi Temps de l’Eglise

• Dans l’Eglise du Moyen Age on a pris l’habitude, progressivement, de signaler les cycles par des couleurs, appelés couleurs liturgiques ; on a ainsi attribué des couleurs particulières aux fêtes de l’Eglise, voir à des cycles entiers
• La Réforme, dans les régions où elle a prédominé, a failli « se débarrasser » de l’année ecclésiastique, rythmée par les fêtes des Saints. Bien sûr, la Réforme a célébré les grandes fêtes fondées bibliquement. Mais l’année ecclésiastique, avec sa symbolique et son caractère cyclique, avec ses temps majeurs liés les uns aux autres tout en étant fort différents l’un de l’autre, car marqués en fonction de la fête dominante, est presque tombée dans l’oubli. Ce n’est que dans les dernières décennies du siècle passé que la conscience de l’année ecclésiastique a été ravivée et cultivée. On a également réintroduit, du moins partiellement, les couleurs liturgiques, mais en toute discrétion, comme il sied à la mentalité réformée très dépouillée.

• La signification fondamentale des couleurs liturgiques :
o violet = couleur de la passion
o blanc = couleur des fêtes qui célèbrent le Christ
o rouge = couleur de la puissance de Dieu, de l’Esprit Saint
o vert = couleur de ce qui grandit et mûrit (si bien que le vert est quasiment la couleur du quotidien dans l’année ecclésiale )
o noir = couleur de la tristesse (en règle générale, les Eglises protestantes ont remplacé le noir par le violet au cours des dernières décennies).